Push Dagger | Couteaux de cou et de botte



Les push dagger font parties des couteaux destinés aux hommes et femmes.

Très populaire parmi les fans de couteaux tactiques, il prend un vrai essor chez les femmes !

En effet, beaucoup d'influenceuses sur les réseaux sociaux, notamment aux USA, en parlent car ils ont une excellente prise en main qui empêche de se le faire saisir et c'est un excellent moyen de défense en cas d'agression sexuelle.

- Lame fixe légère et facile à dissimuler

- Utilisé à des fins tactiques

- Ils peuvent être portés comme un couteau de cou, couteau de botte ou sur votre ceinture.

- Excellent rapport qualité prix.

 Le push dagger c'est quoi ? 

Un push dagger est un couteau à lame fixe, dont le manche est placé dans la main de façon strictement perpendiculaire à la paume et la lame est dirigée vers les doigts. Lors de son utilisation, le bord émoussé de la lame est placé entre le majeur et l'annulaire, parfois entre l'index et le majeur, serrés en poing. Le couteau est conçu pour se déplacer vers l'avant ou en arc de cercle vers le bas. L'objectif principal de ce couteau est l'autodéfense. Cependant, il est tout à fait capable d'effectuer de petites tâches ménagères. En outre, un tel couteau peut également servir au quotidien.

Habituellement, le push dagger est de très petite taille et est pratique pour le port dissimulé. La lame du couteau peut avoir un bord droit (uni) ou dentelé. Elle peut avoir un affûtage de poignard et un affûtage unilatéral. La longueur de la lame d'un poignard à pousser ne dépasse généralement pas 10 cm, et la largeur est de 5 cm, l'épaisseur du dos peut être assez grande, mais en moyenne environ 4 mm.

Un peu d'histoire

Historiquement, le premier modèle d'un tel couteau était le poignard de combat indien-katar (कटार) connu depuis le XVIe siècle. Il était également conçu pour une frappe pénétrante vers l'avant mais était saisi par le manche à deux mains. Le katar était l'arme de l'élite indienne. Le principal avantage d'un tel poignard était le manche, qui ne nécessitait pas une prise forte et tenait bien même dans une main humide.

Plus tard, les Push Dagger que l'on connait aujourd'hui sont apparus au XIXe siècle dans le sud des États-Unis. Ils sont devenus des couteaux d'autodéfense à part entière et ont été utilisés pour le port dissimulé. Le poignard est devenu particulièrement populaire parmi les habitants du sud-ouest des États-Unis, notamment à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane. Là-bas, il était connu sous le nom de "drill knife".  Le couteau avait une courte lame de deux pouces (50 mm). Il était porté dans une botte, dans la manche d'un manteau, ou accroché au bouton d'un gilet par une ceinture attachée à un fourreau en cuir. Ce couteau était utilisé par les structures criminelles de la ville de manière si active qu'en 1879, les autorités de la ville ont adopté un décret interdisant à quiconque dans la ville de vendre, d'offrir ou d'exposer de telles armes à la vente.

À notre époque, le regain de popularité des dagues à pousser a commencé à la fin des années 80, lorsque les plus grandes entreprises américaines de couteaux ont commencé à les produire. En particulier, la célèbre société Cold Steel, qui produit plusieurs modèles de ces couteaux.